Cookie

Ce site Internet utilise des cookies

Certains de ces cookies sont utilisés à des fins de mesure d'audience.

Vos données de navigation sur ce site sont envoyées à Google Analytics et pourront être utilisées ultérieurement par Google et ses partenaires pour du ciblage publicitaire.

 

Vous pouvez modifier votre choix à tout moment en cliquant sur le lien "Gérer les Cookies" présent en pied de page.

L'histoire du Muséotrain de Semur en Vallon

Tout a commencé un beau jour, à la fin des années 60...

 

C'est en 1966 que commence l'aventure. Il n'y avait alors, en Sarthe, qu'un seul plan d'eau pour les loisirs : Coco Plage à Sillé-Le-Guillaume.

Une poignée de bénévoles, hommes et femmes de Semur en Vallon, décidèrent d'en ouvrir un autre. Ils apportent leur courage, leur temps et leur argent et ouvrent, en Juillet 1968, le second plan d'eau artificiel de la Sarthe (en même temps que la commune de Lavardin près du Mans).

 

C'est un succès extraordinaire et l'on vient, chaque dimanche, de toute la Sarthe à Semur en Vallon. Il y a foule pour utiliser les différentes attractions : pédalos, barques, vedette promenade, baignade, pêche, baraque à frites et plage.

 

En 1972, pour compléter ces activités, les bénévoles envisagent le projet fou de créer un réseau de chemin de fer anciens autour du plan d'eau. Le petit train de Semur vient de naître. C'est un train "Decauville" sur 500 mètres de voies étroites qui ont été récupérés à la société Passeneaud de Mondoubleau (41).

 

Au début des années 80, les bénévoles décident de développer cette activité "Chemin de fer" et commencent à sauver un patrimoine ferroviaire qui disparaît très vite. C'est ainsi que sera créé le dépôt, le musée et que le circuit du petit train s'agrandit d'année en année.

 

Quelques années plus tard, en 1990, un "Muséotrain" ouvre ses portes et en 1995, c'est une véritable gare qui est inaugurée.

Depuis une course contre le temps s'est engagée et les bénévoles n'ont cessé de sauver du matériel, de le restaurer, d'améliorer le site de la gare et du musée, d'adapter les installations aux normes et contraintes réglementaires...

 

Les visiteurs sont de plus en plus nombreux à venir découvrir ce patrimoine ferroviaire préservé : un vrai plongeon dans les années 1920 - 1930 dans ce réseau en pleine nature sarthoise.